Interview de Leolulu : « on est ravis de diriger notre propre entreprise »

Elle, c’est Leo. Lui, c’est Lulu. Le couple est apparu un beau jour de mai 2017 sur nos radars raides de leur art. Visages coupés, ils ont l’anonymat chevillé au corps, pas besoin de voir leurs têtes pour savoir qu’ils sont beaux. Quelque part, c’est pour cela que je les aime tant. Ils sont rapidement devenus les premières stars françaises des amateurs de Pornhub. Connus à l’internationale, ils ont percé comme on dit. Le couple fait briller le charme tricolore dans le monde entier. Le vin, la Tour Eiffel et Leolulu.

Présentez-vous pour celles et ceux qui ne vous connaîtraient pas ?

On n’aime pas donner trop d’infos personnelles, disons qu’on s’appelle Leo et Lulu et que ce n’est peut-être pas nos vrais prénoms.

Comment avez-vous connu Pornhub (PH) et son programme Model ?

Sur PH tout simplement. Étant des visiteurs réguliers, il nous était difficile de ne pas remarquer le nombre croissant d’amateurs « vérifiés » postant des vidéos sur la plateforme. Pour le programme de rémunération, je crois que c’est tout bêtement les pubs du tube qui nous ont orientés vers les pages explicatives du site. On a posté notre toute première scène il y a juste un peu plus qu’un an ! Mais on y allait tranquille au début et la deuxième a dû venir un mois après. Je crois qu’on a fait notre premier million (de vues) au mois d’août 2017.

Pourquoi avoir choisi ce tube ?

Car c’était, selon nous, le tube avec l’image un peu plus moderne et innovante que les autres. Ils dépensent beaucoup en relations publiques, ils ont l’air de vouloir être là pour rester. C’est également eux qui mettent le plus en avant leurs modèles et on s’est dit que les spectateurs nous correspondraient plus.

Avez-vous commencé le porno avec Pornhub ?

Oui et non. On a fait quelques cam shows avant. Mais surtout, on a toujours été un peu exhib ! On aime bien se montrer et on a toujours pris beaucoup de photos et vidéos. Mais ce qu’on produit pour PH, on ne l’avait jamais fait avant ! C’est vraiment inédit pour nous en termes d’investissement, de développement personnel — et de plaisir !

Avez-vous d’autres activités, d’autres moyens de diffusion de votre contenu ?

Pas vraiment. En ce moment on se concentre essentiellement sur les scènes Pornhub, Manyvids et quelques customs — et c’est déjà pas mal ! Ça nous prend beaucoup de temps entre la partie prise de décision, le tournage, le montage et la promo… En plus, on crée régulièrement des photosets pour Manyvids. Et puis, il y a les réseaux sociaux à gérer, et ce n’est pas une mince affaire !

On s’est mis à Snapchat il y a peu avec un compte premium et on s’éclate, c’est un super medium et on a plein d’idées ! C’est toujours un format vidéo, mais beaucoup moins cadré que sur PH qui laisse la place à plein (trop?) de possibilités. Peut-être une petite compilation de certaines scènes premium à venir bientôt sur notre chaîne PH !

Quel est votre matos ?

Pendant longtemps, nous avons tout filmé à l’iPhone (5 ou 6), puis on a acheté une « vraie » caméra à la fin de l’année dernière. Une GX80 sur les conseils de Matt Deep et on en est vraiment satisfaits ! On a récemment acheté une petite action-cam, c’est un beau joujou et ça a l’air très pratique.

Pour la lumière on utilise surtout la fenêtre ! On adore l’effet que procure la lumière du jour, son rayonnement sur la peau. Et puis c’est un peu devenu notre marque de fabrique ! Alors on essaie de faire ça la journée près d’une fenêtre ou dans une pièce lumineuse.

Qu’est-ce que vous préférez dans le processus de production d’une vidéo ?

Une chose est sûre, on prend notre pied avec le retour des spectateurs ! Je ne sais pas si c’est ce qu’on aime le plus, mais c’est très important pour nous. C’est ce qui nous a fait commencer et qui nous a poussés à nous investir davantage. C’est grâce aux messages et commentaires d’encouragement qu’on est toujours là aujourd’hui.

Le tournage est souvent drôle aussi ! Autant ça peut être assez rapide parce qu’on a juste terriblement envie de baiser, on filme ça à l’arrache et en quelques minutes c’est réglé. Autant on peut également passer des heures à poil à s’organiser (tenues, positions, angles) et baiser. Il faut se mettre dans le mood, essayer d’être créatif, et c’est vraiment bonne ambiance.

Les vidéos public sont un gros kif aussi, surtout qu’on commence à maîtriser la caméra, ce n’était pas le cas avant ! On était frustré parce qu’on adore ça, mais c’est assez compliqué à filmer proprement.

Est-ce que des proches sont au courant de votre activité porno ?

Pour ne pas en dire trop, disons que la plupart des gens sont au courant aujourd’hui, et les réactions n’ont pas toujours été celles attendues — autant en positif que négatif.

Est-ce que vous avez des conseils pour faire sa place sur PH ?

Pour se faire sa place non, car il n’y a pas de formule magique. Parmi les amateurs qui ont le plus de succès, tous y ont accédé de manière différente et il n’y a vraiment pas un motif qui se répète. Autant en termes de fréquence d’upload, qu’en termes de durée des vidéos, de contenu, de physique des modèles… Ça varie énormément d’une « star » à l’autre.

Le plus important selon nous c’est d’être honnête dans sa démarche et d’essayer de transmettre l’intimité d’un échange plutôt que juste de belles images ou une copie d’une scène qui a marché.

Que diriez-vous à une personne qui veut se lancer ?

Commencez par bien réfléchir ! Se lancer dans cette industrie (même en tant qu’amateur) ce n’est pas aussi léger que créer une chaîne Youtube et faire des tuto make-up. C’est quand même du porno, et c’est sur internet en accès libre et gratuit. En plus, vu qu’on publie régulièrement, il faut de manière générale être prêt à se montrer nu à tout moment, et puis assumer son image, même des mois ou des années après.

Nous, on a commencé vraiment à la légère, à mettre des vidéos juste pour lire les commentaires. Mais très vite, on a voulu se développer et l’aspect business a pris le dessus (qualité, upload régulier, promotion, etc.). Aujourd’hui, on est ravis de diriger notre propre entreprise, qui nous procure en plus énormément de plaisir ! Bien sûr, c’est un vrai business, alors pour gagner de l’argent il faut aussi créer la structure juridique nécessaire et bien déclarer ses revenus, payer les taxes, etc.

Si toutefois vous vous lancez, lancez-vous ! En insistant sur le VOUS. C’est bien de s’inspirer, surtout au début, mais ça ne sert à rien de faire un copier/collé de ce qui existe et qui marche ! Mettez-y du vôtre et appropriez-vous la démarche. Faites votre truc.

On voit tous le sexe et l’amour différemment, ce serait bien que ça se ressente plus sur Pornhub. Ça a été vraiment très riche pendant une période, mais on commence à voir beaucoup de contenu qui se ressemble entre différents amateurs et on trouve ça carrément dommage. Heureusement que certains innovent encore !

Comment vous voyez-vous évoluer ?

On était bien dans notre petite bulle, mais on commence à en sortir ! On aime bien faire notre truc dans notre coin, prendre du bon temps en tournant des vidéos et se réjouir devant les commentaires. Cependant, on commence de plus en plus à collaborer avec d’autres gens. Que ce soit des amateurs de Pornhub, des marques de fringue, des artistes ou musiciens… On a plein plein d’idées et juste un peu de mal à s’organiser comme on le souhaite pour l’instant.

On veut voyager un maximum et baiser partout dans le monde ! Et on compte bien emporter la caméra avec nous.

LeoLulu nous prend beaucoup de temps et d’énergie et c’est important de savoir faire des pauses aussi, déconnecter et se reposer. On essaie encore de trouver le bon rythme !

Retrouvez-les sur leur chaîne Pornhub et sur la page de Leolulu sur Le Bon Fap.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

'